Discours AA 2017

Canal public / Presse

Discours assemblée annuelle 2017

Partager sur des réseaux sociaux

Partager le lien

Utiliser un lien permanent pour partager dans les medias sociaux

Partager avec un ami

S'il vous plaît S'identifier envoyer ceci document par courriel!

Intégrer à votre site internet.

Sélectionnez une page pour commencer

Postez les commentaires avec des adresses email (confirmation de l'email est nécessaire afin de publier le commentaire sur le site internet) ou veuillez S'identifier poster un commentaire

5. 5 5 Sur le fond, nous nous i nterrogeons. Sous prétexte que l es objectifs ne prévoient pas de diversification ou de changement de spéculation, l’octroi de l’aide est remis en ca use... Alors même que c es dossiers concernent des exploitations performante s et viables économiquement et où l’installation a été préparée, réfléchie bien l’avance. La FJA considère que la poursuite d’une exploitation viable économiquement est un objectif en soi et donc que cela devrait suffire à être éligible au x aides. La FJA demande à l’ Administration et à votre Cabinet de défendre et d’argumenter cette position, qui ne contredit en rien le contenu du règlement européen. Nous vous demandons également, Mon sieur le Ministre, que vous garantissiez aux jeunes agriculteurs qui n’aurait pas été sélectionnés faute de budget suffisant lors d’un trimestre, qu’ils ne soient pas exclus des aides pour une question de timing ou de budget. En tout état de cause, il faut que le bon sens revienne au centre de vos préoccupations. Le nôtre en est en tout cas désorienté . Conclusion La FJA restera plus que jamais mobilisée en cette année 2017 . Premièrement pour mener à bien ce travail de renforcement de l’animation en mettant en œuvre les actions identifiées et décrites lors de cette assemblée. Deuxièmement, n ous le serons également pour assurer le suivi des thématiques que je viens d’évoquer. Plus que jam ais nous œuvrons au service des jeunes agriculteurs et ensemble, prenons en mains l’agriculture de demain ! Merci pour votre attention.

2. 2 2  Qui dit animation, dit également, et bien entendu, animation syndicale. La FJA doit rester un outil de défense de votre futur métier d’agriculteur . Avec vous, n ous avons justement entrepris , depuis quelques années , un travail de recentrage de notre positio nnement syndical . Nous avons notamment mis en place des groupes de travail spécifiques. Ceux - ci nous ont permis d’ aboutir à des pos i tions, à des propositions argumentée s et m â tures . N ous pouvons les défendre légitimement aux différents niveaux de pouvoir. Bien sûr à l’échelon régional où nous sommes des interlocuteurs privilégiés et obtenons des avancées , même si nous sommes conscients que nous ne le faisons pas assez savoir. Mais aussi au niveau européen. Vous le savez ce niveau de pouvoir est extrêmement important car la PAC joue un rôle fondamental dans votre quotidien et donc dans votre revenu. Les orientations de l’agriculture de demain se f eront plus que jamais à ce niveau. Cela peut engendrer un sentiment d’ impuissance face à cet éloignement des organes déci si onnel s . C’est bien pour cela que la FJA est active plus que jamais au C onseil E uropéen des J eunes A griculteurs . Nous y travaillons notamment avec nos h omologues du nord de pays, le Gr oene K ring, mais aussi avec les JA en France par exemple. L ’influence du CEJA au niveau des instances européennes est réelle et décisive. Xavier Bourgeois l’a prouvé en évoquant lors de son interview la majoration jeune initiée et portée notamment par la FJA . Celle - ci est devenue réalité. Tout cela pour vous dire que vous avez un rôle à jouer dans le choix des orientations agricoles de demain, dans les discussions de la p rochaine réforme de la PAC, j’y reviendrai. Mais pour cela votre engagement et votre mobilisation au sein des instances de la FJA est primordial. Un autre objectif très important de notre assemblée annuelle est bien entendu d’interpeler nos responsables politiques sur les grands dossiers qui concern ent les jeunes agriculteurs et leur installation, ceux qui rythment et rythmeront cette année 2017. Ceux - ci sont nomb reux et extrêmement importants. Permettez - moi d’insister sur la formation, le foncier , su r la préparation de la prochaine réforme de la PAC et sur ADISA. Formation Tout le monde s’accorde à le dire, cette dite formation constitue une des c lés d’une installation réussie. C’est pourquoi la FJA propose des formations innovantes en adéquations avec les besoins du secteur. Malheureusement la mise en place de celles - ci s’apparente à un parcours du combattant tant la réforme de la formation profes sionnelle a été et est toujours chaotique. Le sujet a déjà été longuement abordé ces derniers temps. Foncier Ce dossier est extrêmement important et constitue un obstacle sérieux à l’installation des jeunes agriculteurs. Nous nous sommes déjà prononcés sur cet épineux dossier. Nous espérons que celui - ci avancera dans le bon sens dans les prochaines semaines. CAP - Installation Vous savez que ce projet nous est cher, son soutien fi nancier vient de se terminer. Nous espérons qu’il sera à nouveau soutenu par la Région à l’avenir. PAC La réforme post 2020 est cruciale pour l’avenir des agriculteurs et des jeunes agriculteurs en particulier . Pour la FJA l ’ objectif prioritaire , qui est é galement un vrai défi , est le renouvellement des

1. 1 1 La FJA exprime sa position et ses revendications via le discours percutant de son Secrétaire Général Vous trouverez ci - dessous le discours prononcé par Guillaume Van Binst, Secrétaire Général, à l'occasion de l’assemblée annuelle de ce 9 mars dernier Messieurs les Ministres, Mesdames et M essieurs les députés, Chers membres, Chers amis, Je tiens à excuser Isabelle Simonis, Ministre de la jeu nesse, qui n’a pu être des nôtres. Je voudrais remercier les intervenants de cette soirée en ce y compris celles et ceux qui ont accepté de se prêter au jeu des interviews filmées. Remercier les membres du Bureau national et de bureau administratif de la F JA pour leur contribution à la réussite de cette soirée. Remercier les 2 Ministres d’avoir répondu présents Vous remercier enfin et surtout vous très chers membres pour votre présence nombreuse comme à l’accoutumée. Cette série de remerciements est d’autant plus sincère que la thématique que nous avons choisi d’aborder ave c vous ce soir n’est a priori pas la plus « sexy ». Elle n’en reste pas moins fondamentale pour notre mouvement mais aussi plus largement pour le monde agricole et rural wallon. P ourquoi cette thématique ? Pierre l’a dit, Parce que l ’animation c’est le socle d e toutes nos actions. Sans vous, la raison d’existence d’un mouvement comme la FJA n’aurait pas de sens. Vous constituez nos fondations. Votre présence massive au précongrès e t ce soir encore constitue déjà un indicateur de bonne santé de notre organisation. Cela ne doit pas empêcher de nous remettre en question . Nous devons être proactifs et innovants afin que vous restiez mobilisés autour de nos missions . Nous l’avons vu et entendu tout au long de cette soirée, c’est l’articulation de différ entes raison, de différentes motivations qui explique pourquoi les jeunes s’engagent au sein d’une organisation de jeune s telle que la FJA.  La FJA est un vecteur de rencontre s qui permet aux jeunes de s’épanouir, de s’émanciper , de prendre des responsabilités. Via ses diverses et nombreuses activités ré créatives, ludiques, sportives, ... la FJA offre de moments d’échanges entre agriculteurs, entre ruraux mais aussi avec des person nes de moins en moins averties des réalités et des enjeux de l’agriculture. Les consommateurs sont inondés en continu de campagnes ou de reportages médiatiques fait s d’analyses subjectives, de procès à charge qui stigmatisent tous les agriculteurs sans dis tinction ni nuance. L’actualité nous le rappelle en ce moment. Comme Mr Séroni e l’a mentionné au congrès de la Fédération Wallonne de l’Agriculture, vous devez vous agriculteurs plus que jamais être les premiers acteurs de votre communication. Les Fermes e n Ville sont à cet égard des lieux propices au dialogue avec le grand public . J’en profite d’ailleurs pour remercier Mr le Ministre Collin d’avoir soutenu l’organisation de ces Fermes en vill e cette année encore.

4. 4 4 Toujours sur ce point nous , Nous pensons que l es droits à paiements directs :  Ne constituent pas la réponse appropriée aux fluctuations des marchés ;  E ngendre nt une capitalisation du montant des DP dans le prix de la terre, qui exacerbe la pression foncière ;  Favorisent le maintien d’agriculteurs en activité bien au - delà de l’âge légal de leur pension . Sur base de ces constats, la FJA considère donc que cet outil doit évoluer et appelle, de tous ses vœux, à une évolution progressive vers de nouveaux mécanismes d’attribution des aides, de type contracycliques. C’est - à - dire variables en fonction du niveau des prix et des coûts de productions. Les modalités de mise en œuvre devront évidemment être étudiées avec précisions ! Nous plaidons également pour le m aintien des aides couplées . Surtout dans le domaine de l’élevage particulièrement dans des zones où le s contraintes pédoclimatiques sont fortes. 4. Une majoration « jeunes agriculteurs » : Une aide spécifique jeune devrait être ajoutée à tous les dispositifs de soutien durant les 10 premières années après l’installation. Les jeunes agriculteurs doivent en effet plus que tout autre faire face à de lourds investissements durant de cette période cruciale. Pour conclure cet i mportant chapitre de la PAC, nous attendons de vous , chers Ministres , une démarche volontariste et une la recherche concrète d’alliances avec des Etats Membres aux positions proches. Parce que c’est d’abord et avant tout à nos représentants politiques d’orienter la PAC et non pas à la seule Commission. ADISA Ubuesque... Je do is vous avouer que l es mots me manquent pour décrire la situation et la mise en œuvre de ce dossier ô combien importan t pour les jeunes agriculteurs . Au départ nous pensions que les problèmes de démarrage allaient se résoudre aisément . Malheureusement, auj ourd’hui force est de constater que de s jeunes a griculteurs installés en 2015 n’ont toujours pas reçu 1 centime d’euro d’aide! Nous tenons à vous rappeler, Monsieur le Ministre, que les échéances bancaire s ne s’honorent pas à coup de notifications favorabl es. Je ne vais pas passer en revue tou te s les péripéties et aberrations que l’on a co nnu depuis de trop nombreux moi s : E ntre programme informatique foireux, sous - effectif au sein de l’administration, interprétations toujours au détriment des agriculteurs , et j’en passe : les motifs d e blocage n’ont pas manqué . On pensait voir le bout du tunnel, quand en réaction à notre courrier, vous nous garantissiez , Monsieur le Ministre , que les paiements allaient être réalisés sans délai. Caramba, encore raté ! Et on se retrouve aujourd’hui face à un énième rebondissement : la remise en cause d e dossiers dont l es objectifs ne seraient pas su ffisamment bien définis au niveau du plan d’entreprise. Sur la forme, c’est étonnant puisque ces objectifs avaient été jugés con formes il y a quelques mois encore. Cela après pas moins de 6 contrôles différents ...

3. 3 3 générations . Il en va de la survie du modèle agricole du type familial que nous défendons . Ni plus ni moins. Deux chiffre s pour illustrer mon propos : En Europe seulement 6 % des agriculteurs ont moins de 35 ans et 55 % plus de 50 ans. Aller un troisième pour la route : 31 % des agriculteurs ont plus de 65 ans... ce qui fait de l’agriculture le secteur économique qui compte le plus grand pourcentage de travailleurs de 65 ans et plus. Ce n’est pas la FJA qui le dit c’est Eurostat... U n changement s’impose et passera par une réorientation voire une réinvention de la PAC . Comment y arriver ? Voici ce que nous demand ons . Nous insistons sur 4 éléments : 1. Un budget : C’est le nerf de la guerre mais aussi le socle sur lequel pourront s’appuyer toutes les actions. Il doit être à la hauteur des enjeux. Ce n’est pas gagné au vu des discussions actuelles et vu le marchandage malsain qui s’annonce entre les pays contributeurs et ceux bénéficiaires nets après le B rexit alors que l e budget agricole représente à peine 0,37 % du PIB des états membres. 2. D es mesures de marchés : Assurer et sécuriser un revenu pour les agriculteurs passe par une stabilisation et une régulation des marchés . La FJA considère que les ques tions agricoles devraient être exclues des négociations commerciales bilatérales ou internationales. S’aligner sur le plus compétitif se fait au détriment du modèle d’agriculture familial que nous défendons. L’Europe se la joue plus catholique que le pape vis - à - vis de l’OMC pendant que d’autres – et non des moindres - s’en soucient nettement mois : les Etats Unis, la Canada, la Chine par exemple, excuse z du peu. Cependant, s ’isoler du monde serait un non - sens total. Mais à qui profite réellement une politiq ue agricole trop orientée vers l ’exportation ? A ux agriculteurs ou plutôt à l’industrie agro - alimentaire ? Nous estimons aussi que la question de la souveraineté alimentaire des pays vers lesquels nous exportons doit se poser également ! Cela a d’ailleurs été évoqué par le Présid ent d’Agricord, Mr Isambert, au congrès des agricultrices wallonnes. Pour en revenir à la PAC, nous préconisons l’instauration de nouveaux instruments de régulation flexibles et dynamiques. Ceux - là même s qui permettront d’anticiper les crises – en cas de déséquilibre en tre l’offre et la demande par exemple - plutôt que de les corriger a postiori comme c’est l e cas actuellement. Bref, prévenir plutôt que guérir. 3. D es paiements directs et leurs modalités d’attribution : Le budget de la PAC c’est de l’argent public. Il est logique qu’il revienne en priorité à ceux qui exercent réellement une activité agricole. La FJA demande que la définit ion de l’agriculteur actif soit renforcée. A savoir :  E tre titulaire d e qualifications requises ;  Exercer un réel contr ôle effectif ;  ne pas bénéficier d’une pension de retraite ;  R éfléchir à d’autres critères tels qu’un seuil plancher de production brute standard (ou de revenu, voire de temps de travail) . Nous avons défendu le renforcement de cette définition au C EJA qui a récemment pris une position allant dans ce sens, on s’en réjouit.

Vues

  • 170 Total des vues
  • 144 Vues du Site web
  • 26 Vues incluses

Actions

  • 0 Partages sociaux
  • 0 Aime
  • 0 N'aime pas
  • 0 Commentaires

Partagez le comptage

  • 0 Facebook
  • 0 Twitter
  • 0 LinkedIn
  • 0 Google+

Intégrations 1

  • 11 www.fja.be